Depuis une vingtaine d’années, de nombreuses études scientifiques ont démontré les bienfaits de la gratitude. Elles arrivent aux mêmes conclusions :  la gratitude permet une meilleure résistance au stress, une plus grande espérance de vie, et un niveau de bonheur ressenti plus élevé face à une même difficulté. Je vous propose dans cet article de nous intéresser de plus près aux effets bénéfiques de la gratitude.

Tout d’abord, qu’est-ce que la gratitude ? Il s’agit d’un ressenti intérieur, celui de prendre conscience de la chance que l’on a dans la vie en ce moment.

Selon le psychologue américain Robert Emmons, qui a été le pionnier des recherches sur les bienfaits de la gratitude, « les personnes reconnaissantes éprouvent des degrés plus élevés d’émotions positives comme la joie, l’enthousiasme, l’amour, le bonheur, l’optimisme ». Ces résultats ont été confirmés depuis par d’autres études plus spécifiques. Ainsi, on a pu démontrer que la pratique de la gratitude et des pensées positives réduit sensiblement (23%) la production de cortisol, l’hormone du stress ; les personnes reconnaissantes sont donc moins stressées. Il a également été prouvé dans d’autres études que ces personnes sont moins susceptibles d’être déprimées, anxieuses, ou seules, qu’elles pardonnent plus facilement et que leur niveau d’intelligence émotionnelle est plus élevé. La gratitude améliore donc notre propre bien-être mais aussi nos relations aux autres.

Les bénéfices sont psychologiques, mais également physiques. En effet, une étude sur des personnes ayant suivi une formation de quelques semaines sur l’expression de la gratitude a prouvé qu’elles avaient augmenté leur niveau de bonheur, étaient devenues plus optimistes, qu’elles se sentaient plus socialement connectées et éprouvaient même un meilleur sommeil et moins de maux de tête que les groupes témoins.

La pratique de la gratitude modifie également la structure du cerveau, grâce à la neuroplasticité. Selon une étude de 2008 : « la gratitude provoque une activation synchronisée dans plusieurs régions du cerveau et illumine des parties et des voies qui sont liées à la récompense dans le cerveau et dans l’hypothalamus ». La gratitude stimule la production de sérotonine (neurotransmetteur qui intervient entre autres dans la régulation de l’humeur et de l’émotivité) et active le tronc cérébral pour produire de la dopamine, un autre neurotransmetteur responsable de la sensation de plaisir, que l’on appelle souvent « l’hormone du bonheur ». Voilà pourquoi le niveau de bien-être des personnes reconnaissantes augmente.

La pratique de la gratitude agit comme un cercle vertueux. En effet, plus nous allons exprimer de la gratitude et plus nous allons être capables de remarquer les raisons d’en exprimer encore davantage. Je propose souvent lors de mes coachings l’exercice des « trois kiffs par jour », où le coaché doit s’entraîner à repérer trois moments agréables de sa journée, où il a été heureux, fier de lui, en relation agréable ou face à un événement qui fait du bien… Entraîner son esprit à voir le positif modifie progressivement notre schéma de pensée : la place accordée aux pensées négatives ou anxiogènes va diminuer au profit des ressentis positifs. Nous créons ainsi un changement d’état d’esprit qui nous permet d’accentuer les émotions et situations positives dans notre vie. Il en va de même pour la gratitude : plus nous la ressentons et l’exprimons, plus nous prenons conscience des situations qui nous la font ressentir. Cela s’explique également avec la loi de l’Attraction :  plus on se montre reconnaissant pour ce que la vie nous apporte, plus nous allons attirer l’abondance dans notre vie. Lorsqu’on se concentre sur des bonnes choses, on en crée davantage : relations, occasions, argent, …

En conclusion, plus nous focalisons notre attention sur des pensées positives et des pensées de gratitude, plus nous créons un chemin dans notre cerveau, grâce à sa plasticité, qui va nous amener à nous nous sentir mieux, à être en meilleure santé, à être plus heureux. La gratitude peut devenir un mode de vie et tous les domaines s’améliorent : la santé, les relations, les performances, la réalisation de vos rêves, … La plasticité cérébrale est possible à tout âge, cependant soyons conscients qu’il faut un peu de temps pour créer une autoroute dans notre cerveau quand nous commençons à débroussailler un petit sentier !

Alors, comment faire ?!!

N’hésitez pas à exprimer de la gratitude même pour des petites choses, ne pas attendre pour commencer qu’il s’agisse forcément de « grands » événements, comme une promotion, mais bien des petites choses que la journée nous apporte, comme par exemple avoir rencontré des gens souriants lors d’une présentation, le plaisir d’avoir pu marcher au soleil, le fait d’être en bonne santé ou d’avoir des enfants en bonne santé alors que d’autres ne le sont pas, une discussion intéressante avec une amie, …

Exprimer de la gratitude tous les jours :

  • Pour au moins 5 choses, dont 3 choses qui vous sont arrivées pendant la journée
  • Par écrit, au moment de vous coucher, ou faire un petit rituel au repas du soir avec vos enfants ou avec votre conjoint(e) au moment de vous coucher.

Vous pouvez le faire dans un cahier dédié, qu’on appelle un carnet ou journal de la gratitude.

Les premiers temps, il se peut que vous ne trouviez pas forcément trois choses pour lesquelles vous vous êtes sentis heureux, ou pour lesquels vous avez envie de dire merci, mais vous verrez que cela vient avec la pratique !